Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mon copain prends de la cocaine

Par Sousou_31

71 réponses


Byce - 18/10/2023 à 11h31

Bonjour le modérateur,

Je comprends que vous protégiez notre identité par cet outil créé par le service public. Si nous éprouvons le besoin de tisser des liens et de créer un groupe plus intime dans l’entraide et la bienveillance, quelles solutions apportez vous ?

Merci pour votre réponse le modérateur ☺️

Moderateur - 18/10/2023 à 14h31

Bonjour Byce,

Merci pour votre sourire malgré la contrainte que vous impose ces forums.

Je n'ai pas de solutions pour vous aider à tisser un lien en utilisant ce forum.

En revanche nos écoutants, par téléphone ou par chat, peuvent regarder avec vous s'il existe près de chez vous un centre de soins qui anime des groupes de parole pour l'entourage. Ce ne seront pas les mêmes personnes que dans ce fil de discussion mais vous pourrez rencontrer d'autres proches de personnes ayant une addiction dans un cadre sécurisé.

Cordialement,

le modérateur.

Chaxang - 18/10/2023 à 22h21

Coucou la team.

Je l'avais mis en garde mon copain sur son anniversaire avec ses potes de passages dans le coin qui consomment :
Tu vas relancer le craving, relancer la dep, devoir refaire face a tout ça alors que tes ultra fragile et que t'es déjà en galère pour te stabiliser.

Il m'a plus ou moins envoyé chier " c'est nos trente ans, ça va aller, j'aurai pas a tout reprendre à zéro etc..." J'ai essayé de parler avec ses amis, enfin avec l'une d'elle qui m'a assuré que ça irait que c'était important pour elle de le soutenir et qu'il n'y aurait pas de coke ...
Je lui en ai reparler la veille, a mon copain, quil fallait qu'il soit vigilant et que j'arrivais à mes limites de soutien etc...
Il a rager que je lui mettais trop la pression etc...

Et ça n'a pas raté, la "copine" a ramener un g de c, ils ont picolé vraiment énormément tout le week end, ketamine etc...
Il a voulu rentrer dans le week end on s'est méchamment pris la tête parce que je ne me sentais pas respectée sur le point où je veux plus supporter de descente.

J'ai été violente dans mes propos du genre " tes potes et toi ont rien compris ils ont qu'à supporter ta descente aussi, et moi je t'ai dit que j'étais au bout. Tu ne me respecte pas. "

Lui comme un gosse ( vraiment ) : ça va je rentre juste dormir et après jme casse tkt . Je l'ai envoyé chier.

J'étais déterminée a le larguer . Vraiment.

Là il est rentré lundi.
Il a été a l'hôpital de jour, ( il y va deux fois par semaine ) mais il est déprimé, dort tout le temps, est irritable.

Je lui ai quand même dit que c'était anticipable.
Il supporte aucune remarque ou difficilement et chaque critique est vécu par lui comme reproche ou menaces.

Bref

Je ne sais pas où je vais trouver mes ressources internes, mais jlui ai parlé posément : tu n'as pas compris, je pense que tu n'es pas bien et que tu interprète mal, je trouve compliqué d avoir une discussion avec toi... Etc...

Jlui ai proposé de sortir, il a dit qu'il a plus d argent et que si on sort il veut boire une bière et que je vais râler parce qu'il en veut une etc...

J'ai redoublé de pédagogie : chéri ta bu x litre ce week end, j'imagine que c'est dur pour toi mais là je peux plus soutenir ça.

Il l'a mal vécu, il a plus de CB et ma demandé de lui passer 20 euros qu'il me rembourse par virement, j'ai refusé : ya deux min t'as pas d'argent pour sortir et la tu es prêt a claquer 20 balles pour aller au bar, si tu veux boire paie sans contact ailleurs mais moi je suis mal a l'aise d accepter ca.

Il avait déjà pris trois valium dans la journée, il restait une bière au frigo, une petite qu'on a partagé, il a repris un valium, on a parlé de séparation ...

Il m'a dit qu'il se sentait déprimé de nouveau depuis quelques temps. J'ai essayé de lui remonter le moral : c'est a cause de l'arrêt des stup, 15 ans que t'en prends, première fois de ta vie ( depuis fin mai ) que vraiment t essaie de te soigner, ça va pas se rééquilibrer en quinze jours et t'as passé un gros week end de toxicomanie...

Pardon pour le pavé au passage...

De mon côté, j'essaie vraiment de me détacher de SON problème, mais je crois que j'ai besoin qu'il prenne le large un petit moment.
Même plus pour lui, je veux dire pour le faire réagir, mais pour moi...

C'est anxiogene cette situation... J'aspire a autre chose je crois...

Il a demandé à retourner en cure, il devrait avoir un boulot saisonnier dans le département voisin en février...

Jme demande si je dois faire preuve d'encore un peu de patience ou si je perds encore du temps.
Je me demande ce qui reste du couple en dehors de ça ...
On parlait potentiellement enfant ya encore quelques temps, achat de maison ou d appart, là il est en arrêt maladie, il est pris dans ses soins et ce genre de projet lui sont totalement étrangers et hors de portée.

J'ai 38 ans... J'ai un problème de dépendance affective en cours de traitement.
Je sais plus trop faire la part des choses...
Mais de plus en plus je comprends et j accepte que je ne peux pas agir a sa place et de plus en plus je me pose la question de MA place de MES besoins et de leur légitimité.

J'ai peur d'en demander trop... Il y a moins d'un an qu'il prend plus ou moins bien en charge sa maladie, il a tellement de travail a faire sur sa gestion des émotions et sur la détermination ... le chemin me semble tellement long...

J'aimerai qu'il retourne en cure le plus vite possible, pouvoir de nouveau souffler un peu en espérant que ça reprenne forme...
En même temps j'essaie de me concentrer sur moi...

Lui comme moi on est peut être dans une sorte d'ambivalence...
Je crois qu'il est encore dans une phase de résistance.

Il m'a dit " c'est bon j'ai 30 ans il est temps que je passe à autre chose " mais jle sens pas capable de faire face avec discipline et détermination aux difficultés a venir pour une vraie réhabilitation...

Je crois qu'il aurait besoin d être seul aussi pour faire le point où le fuire... Jsais pas . Il prend aussi de l abilify dans son tas de médicament et c'est un produit qui zombifie... J'ai peur que ça l empêche de réfléchir ...

Désolée encore pour le pavé je suis perdue un peu ces derniers jours.

Sousou_31 - 19/10/2023 à 10h01

Bonjour happy

Byce perso vous parlez ici me sécurise… et me permet de me « lâcher »… merci en tout cas de ta proposition. Même
Si le modérateur a dit mis des limites ..

Chaxang…

Punaise en lisant ton message je suis en colère contre cette copine … comme je peux être en colère contre certains potes de mon mec. Vraiment à part qu’il coupe les ponts avec ces gens je ne vois pas d’autre solution. Comment faire la fête sereinement avec des gens qui vont consommer sous son nez ?

Tu sais je trouve pas que tu ai été violente… tu lui a exposé la réalité … ta réalité depuis des mois. Et ça c’est bien qu’il l’entende aussi…


Pour l’histoire de l’argent c’est top car tu as réussi à tenir tes limites. J’ai vécu la même situation, et j’ai été incapable… il payait plus les courses car plus d’argent mais en une semaine je lui ai retirer 200€… donc franchement félicite toi d’avoir réussi à tenir ça…

Concernant la dépendance affective si tu souhaite en discuter aussi je suis là … je travail actuellement sur moi pour régler ce soucis…

Oui, la situation que tu vis et que nous vivons est ultra anxiogène… perso j’y pense tout le temps …

Tu demande il me semble, de l’apaisement dans cette relation, pour moi ce n’est pas trop demander.. mais c’est à nous de travailler sur le fait, qu’ils ne peuvent pas donner plus… donc que faire ?

Peux tu partir quelques temps t’aerer ? Allez chez des ami(e)s ?

Je te souhaite du courage …
Tu es forte.

Malgré les circonstances je te souhaite une bonne journée, fais quelque chose qui te remonte le moral, quelque chose que tu proposerai à une amie si elle était mal…

Soso28 - 19/10/2023 à 14h49

Hello Chaxang, je connais parfaitement ta situation. Si je dois donner mon point de vue en tant que personne à titre individuel… je serais partie avant si j’avais su l’ampleur que tout ça prendrait. On me le fait assez remarquer d’ailleurs, pourquoi avoir fait un enfant, pourquoi deux enfants, pourquoi une maison?
Bah parce qu’on croit que ça va s’arranger au début on est très amoureuse donc on se dit non mais on s’aime tellement c’est tellement fort qu’il va changer pour moi c’est certain. Et le temps passe sans trop d’incident et la vie continue. Les enfants arrivent on se dit non mais là pour ses enfants c’est sûr qu’il va faire des efforts et ça n’arrive jamais et on se retrouve dans des situations toujours plus graves et plus inquiétantes. J’essaye de préserver les enfants un maximum. Aujourd’hui il est en suivi il prend ses traitements et est très rigoureux il a son premier rdv au csapa fin novembre. Ça me parait loin mais c’est ainsi, en attendant on essaye de se retrouver et de voir s’il reste quelque chose à sauver.
Tout ça pour dire que je te vois parler d’engagement, poses toi les bonnes questions tant qu’il est encore temps, crois moi. Je n’aime pas être seule et j’ai un schéma familial très normé avec des parents qui sont ensemble depuis des années, très épanouis et soudées. Je me suis accroché à un rêve de famille, de maison… et je vois que ce n’est pas aussi simple et j’ai du mal à l’accepter donc pour l’instant je reste. Mais à quel prix? Qu’en est-il de mon épanouissement personnel ? Je me pose encore ces questions et je ne suis pas prête à faire le deuil d’une vie de famille même si c’est pas vraiment la vie que j’imaginais.

Sousou_31 - 20/10/2023 à 10h06

Bonjour à toutes

Chaxang j’espère que ça va ?

Soso28… tu réponds à une de mes interrogations, évoluera t’il à ce niveau là ?

Comme tu le décris .. je me dis qu’en avançant ça ira mieux, qu’il va se prendre en main… le fait qu’il en parle pas de lui même me laisse aussi dans le flou, donc quand je n’en retrouve pas pendant une semaine je me dit « peut être que c’est fini ? », c’est naïf …

Et pareil que toi, je n’arrive pas à faire le deuil de ce qu’on était avant et de ce qu’on aurai pu être .. j’arrive pas à faire le deuil de la personne que je pensais connaître aussi… 8 ans à me cacher ça, festif ou régulier… je sais pas … mais 8 ans de cachoterie … ça aussi ça a du mal à passer …

Ces derniers temps je deviens suspicieuse, en a t’il prit ? Me trompe t’il ? Comme il y a eu mensonge je doute sur tout …

Chaxang - 20/10/2023 à 10h29

Bonjour a toutes et merci pour vos messages.

Perso... J attends avec impatience qu'il retourne en cure, j'espère qu'il aura une place.
Je me pose pas mal de questions, j'essaie de contrôler mes états de paniques et les angoisses pour traiter ça "au calme".

J'essaie en parallèle de m'occuper un peu plus de moi, et en profondeur je crois que je commence a faire le deuil de la relation telle que je la voulais pour la prendre telle qu'elle est c'est a dire... Ben justement je sais pas trop encore. Mais je crois que je me détache petit a petit.

A force de fréquenter d'autres personnes autour de moi j'en arrive a m'apercevoir que cette relation me pèse plus qu'elle ne m'épanouie mais que sur d'autres aspects c'est pas si mal ...

On verra pour l'instant je laisse du temps et je lui laisse l'opportunité de prendre le temps de se soigner encore un peu car l éventualité d'une nouvelle cure peut faire avancer les choses mais je suis limite a quitter le navire.

Comme je sais que je souffre de dépendance affective et du syndrome du sauveur, j'essaie d'en prendre du recul et de faire la part des choses...

J'essaie en tout cas de rester dans la bienveillance parce que ça n'aide en rien de tomber dans le conflit, je reste vigilante, observatrice et je tends de plus en plus a une posture objective.

Je répondrais mieux à vos messages soon, des amis sont a la maison et je suis sur mon tél.

Bisous à vous merci pour tout ce soutien.

Sousou_31 - 20/10/2023 à 23h04

Ce soir ça va pas du tout.. on s’est disputé …

Je suis rentré à la maison tendu… je suis anxieuse depuis que j’ai capter qu’il en prenait quand je dormais, et qu’il en avait pris au taff. Puis j’ai appris un décès mardi donc bon c’est pas la folie..

Je vous la fait courte..
je lui ai expliquer que y avait le décès et apprendre ça encore le concernant ça m’angoisse. Il me dit « faut pas que la coc soit une excuse à tout.. »…

On se dispute ça monte, ça monte il me dit un truc qui me pique. Il me parle en me disant « bon on va pas se disputer je suis fatiguer, même si je sais que ma fatigue un s’en fou »… et je lui lance un « un rail de coc et ça repart non ? »….

Je me sens horrible d’avoir dis ça… mais je me suis sentie rabaissé pendant le début de conversation c’est monté en moi. J’ai une telle colère fasse à tout ça…

Je m’en veux tellement …. Je me sens nulle …

Je vous la fait très courte psk toute l’embrouille ne concerne pas sa conso …

Soso28 - 27/11/2023 à 21h08

Bonsoir à toutes à tous. Je vois que le « groupe » n’est plus alimenté. J’espère que tout le monde va bien?
De mon côté le quotidien a bien repris… par où commencer? Alors effectivement depuis qu’il est sorti de l’hôpital c’est à dire 1 mois et demi, il y’a aucune consommation d’alcool ou de drogue. Il suit bien son traitement et il a son premier rdv au csapa demain. Je suis contente pour lui qu’il se prenne en main, je me dis que c’est un grand progrès après 8 ans de néant. Ça ne peut que être mieux pour lui, pour les enfants … côté couple c’est encore trop de choses, parfois j’ai l’impression que toutes ces années à subir on eu raison des sentiments amoureux. Même si aujourd’hui la vie est calme, sans incidents… il y a zéro séduction, zéro initiatives de sa part et moi je n’y arrive pas. On galère financièrement, car il faut rattraper des mois de dépenses astronomiques… clairement on a dû mal à se retrouver. Il me dit qu’il m’aime ceci cela, mais des fois j’ai l’impression que lui-même se voile un peu la face.
Et le pompon… les fêtes de Noël arrivent à grand pas. Il n’a même pas encore vu le csapa qu’il me dit déjà qu’il se sent prêt pour boire un verre le soir du réveillon. Ça m’a énervé. 2 mois c’est trop juste et en plus quel est intérêt? Il me dit mais je sais que je peux boire un verre sans que ça pose de problème. Alors oui certainement que le soir même il n’y aura pas de problème! Mais c’est la porte ouverte à la consommation à mon sens… et en plus nos familles savent tout ce qu’il s’est passé, que vont dire les gens quand il aura son verre à la main? Bref je suis déçue et j’ai déjà l’impression de sentir le vent tourné…
Merci de m’avoir lue, à bientôt…

Répondre au fil Retour