Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

C'est si banal ?

Par Miredo12

42 réponses


Miredo12 - 05/01/2022 à 12h57

Un petit moment que je ne suis pas venue.
Les nouvelles ne sont pas terribles de mon côté...On avait posé un cadre, pas franchement délirant, à savoir aucune conso à la maison, aucun produit à la maison, et l’utilisation de la voiture surveillée et uniquement pour les trajets école-maison ou stage-maison (ou travail-maison pendant les vacances). J’ai eu un doute sur deux trajets, et suite à ce doute, j’ai récupéré les clés, en attendant d’avoir les explications. Le lendemain pendant qu’on était au travail il embarquait ses affaires et quittait la maison. C’était 15 jours avant Noël. Il a été hébergé chez un pote (consommateur) pendant les vacances, et là il a pu avoir une chambre pour 1 mois au foyer de jeunes travailleurs de notre commune, puisqu’il y est en stage.

Le lien n’est pas rompu. Il est venu le 25 décembre, m’a appelé pour mon anniversaire. Et là nous communiquons par messages. C'est difficile mais je m'efforce de maintenir le lien.

Il se pose en victime et tout est notre faute. Surtout la mienne d’ailleurs. Ses consommations ? Ma faute. J’ai pas vu qu’il était malheureux quand il avait 8 ans, et quand ses sœurs sont nées il est devenu invisible, etc... Ses mensonges ? Ma faute. Je sais même plus pourquoi. Son départ ? Ma faute. Je l’agressais par rapport à la voiture (il confond colère et agressivité), je le « fliquais ».

Il nous a pris rdv pour la fin du mois (son père, lui et moi) avec la psy du centre d’addiction, je ne sais pas trop pourquoi. Il n’est pas décidé à revenir, du coup je ne me sens plus franchement concernée par ses consommations, même si je m’inquiète, forcément. Je peux faire quoi ? De toute façon il n'a aucun problème, c'est derrière lui la drogue, il n'a pas besoin de notre aide. Ou il essaie de s'en persuader.

La question que je me pose c’est comment il va continuer de payer ses hébergements à droite à gauche. De notre côté, on paie l’internat de l’école et la cantine. Le weekend, les vacances l'internat est fermé, quand il est en stage pareil. En bossant quelques jours pendant les vacances ça me semble compliqué de financer un logement. Dans la mesure où il a toujours sa chambre chez nous, on refuse de payer ses hébergements.

J’ai beaucoup pleuré, mais faut continuer à avancer. Notamment pour ses deux petites sœurs. Il est majeur, il décide de ce qui lui convient. Je me demande toujours comment en quelques mois on a pu en arriver là.

Pepite - 05/01/2022 à 17h28

Bonjour Miredo12,

D'abord je vous souhaite un joyeux anniversaire et je vous invite à prendre soin de vous.

Je lis des bonnes nouvelles dont celle qu'il a intégré un FJT comme mon fils.
Le mien a une dette de loyer mais il est majeur alors il règle cela avec l'asso qui le prend en charge.
Nos enfants doivent se confronter aux réalités de la vie.

Bien sûr que tout est votre faute. La sérénade, je la connais, je peux vous la chanter et ce serait un succès auprès des parents qui traversent des contextes identiques.

B Cyrulnik dit avec le sourire que les bébés sont des tyrans domestiques. Eux ils continuent en tant qu'ado alors que la puberté est longue chez les garçons. Aidons les plutot à grandir en leur disant que nous les savons capables de devenir des adultes épanouis. Cela passe par des efforts et des blessures inévitables comme tout le monde.

Nos fils ont des reproches à nous faire. Très bien mais quelles réponses vont ils donner à leurs souffrances ? Se droguer ? Cela n'a pas de sens. Qu'ils consultent un thérapeute.

Vous assumez les frais de scolarité et dites lui que vous paierez tant que des résultats corrects seront au rendez-vous car vous le soutenez pour des projets qui ont du sens.
Qu'il montre ses intentions par des faits qui vous servent de curseur.

Accrochez vous à votre cadre Miredo et soufflez. Prenez des vacances.
Je revois le mien depuis Noel mais 5 mois sans lui ont été bénéfiques. Ce recul me permet de rester ancrée sur les valeurs que je porte.
C'est son père qui a pris un peu le relais parce que j'ai dit stop. Je correspond par mail et je fournis les papiers au travailleur social du FJT qui semble se laisser un peu bernée. Elle verra bien.

Prenez soin de vous,

Pépite

Miredo12 - 05/01/2022 à 19h34

Merci Pepite. J'ai passé une partie de ma journée d'anniversaire à pleurer, nous avions organisé un petit voyage de quelques jours et il aurait dû être avec nous...
Je commence tout juste à accepter son départ si brutal, et qui semble peu préparé, même s'il y pensait depuis un moment je crois. Et je pense que son départ est guidé par le fait qu'il veut pouvoir consommer sans aucune contrainte, sans nous avoir sur le dos. Il s'est rendu compte que ce serait difficile de nous faire croire qu'il arrêtait, qu'il ne pourrait pas nous berner si facilement.
En début de semaine j'ai nettoyé sa chambre et rangé dans son placard ses affaires personnelles. Il ne reste que le lit (sans les draps, c'est con mais j'ai pas envie de le faire, ya personne qui va y dormir), le bureau et les étagères, vides. C'est moins douloureux.
Je n'arrive pour l'instant pas à lui parler de son logement quand on discute par message. Je ne sais même pas exactement où c'est. Et je ne suis pas prête à le voir. Il va me falloir du temps pour digérer les reproches. 5 mois sans voir votre fils, c'est peut-être le temps qu'il me faudra aussi. A quelle occasion l'avez-vous revu ?

Pepite - 06/01/2022 à 09h35

Bonjour Miredo,

Votre fils a besoin de se mettre à l'épreuve et de s'ouvrir au monde. C'est légitime et indispensable pour son développement.

Vous et moi avons terminé notre charge éducative alors ayons confiance en nous et en l'extérieur.

Acceptez cela Miredo et soyez fière de ce que vous avez accompli du mieux que vous pouviez.

J'ai dit à mon fils que j'avais certainement été maladroite avec lui et que j'étais prête à entendre ses reproches pour en discuter ou pas. Je lui ai dit que nous apprenions tout au long de la vie et qu'accepter les erreurs des autres c'était aussi accepter les siennes.

J'ai appelé mes parents et mon fils le 24/12 pour leur souhaiter un Noël agréable.
Je me suis préparée à ces conversations qui se sont bien passées.
Ces 5 mois n'ont pas toujours été roses mais ma thérapie me permet de comprendre mon inconscient.
Je prends soin de moi.
Je suis sur un autre chemin bien éprouvant mais qui me libère de mes entraves et de mes verrous.

Mon fils cumule des haut et des bas dans sa conso dont j'ignore ce qu'elle contient.
Il m'avait demandé de cesser de lui rabâcher mes demandes alors je lui ai répondu OK car nous avons besoin d'établir une autre relation marquée par des échanges de qualité plutôt que des attentes motivées la plupart du temps par mes peurs.
Je ne veux plus être une source d'angoisse pour lui. C'est réciproque.

Je le laisse face à ses responsabilités et je refuse de le prendre en charge car ce n'est plus mon rôle.
Je me concentre sur moi et je réfléchis avant de lui répondre.

Voilà Miredo, je suis sure que votre fils se sauve parce que la vie l'appelle. Il saura qu'il pourra venir vers vous lorsqu'il affrontera les blessures inévitables de l'existence. C'est à lui de faire ses choix.

Prenez soin de vous,

Pépite

Miredo12 - 06/01/2022 à 11h34

Je garde un goût d'inachevé, je n'ai pas réussi à le conduire jusqu'à son autonomie, puisque pour l'instant je ne sais pas trop de quoi il va vivre. (Peut-être faudra-t-il qu'il arrête ses études pour financer cette indépendance qu'il réclame ?). Un goût amer aussi quant aux reproches qu'il nous a faits. Mais avec le temps j'arriverais à passer outre. Me faut juste du temps. Merci pour vos gentilles paroles, Pepite blunk

Pepite - 06/01/2022 à 13h37

Il faut du temps pour digérer les blessures.

Pour l'autonomie, il y a tellement de variables qui nous entravent et des défaillances culturelles pour accompagner l'asolescent sur ce chemin.

Il m'arrive de mal employer les mots et parfois je dis des choses qui ne sont pas profondes parce que j'ai mal maîtrisé mon émotion. Pas vous ?

Pardonner ce n'est pas oubliér, c'est une bonne affaire pour soi sans que l'autre le sache. Ainsi on se déleste de pensées négatives qui nous font du mal.

Belle après-midi sous ce soleil qui m'invite à ma ballade.

Pépite

Miredo12 - 07/01/2022 à 07h00

De toute façon je n'ai pas d'autre choix que de m'éloigner de lui. Il n'est plus chez nous donc je n'ai plus aucune idée de ses consommations. Ensuite j'ai deux filles qui ont déjà beaucoup trop souffert de tout ça. Et la nuit je dois dormir et la journée je dois travailler. Ma vie ne peut pas tourner qu'autour de lui. Advienne que pourra.

Pepite - 07/01/2022 à 08h25

Bonjour Miredo,

J'ai omis de vous indiquer que le gouvernement proposait "1 jeune, 1 solution". Un ensemble de dispositifs pour les jeunes de moins de 30 ans.

Ensuite j'avais envoyé par mail un hyperlien de Santé publique.fr au travailleur social du FJT qui concernait un texte sur l'accompagnement professionnel ou associatif des jeunes en difficultés ou en souffrance qui devaient être soutenus afin qu'ils ne se retrouvent pas dans la précarité ou SDF.

Voilà, j'espère que ces quelques éléments vous rassureront. Notre culture évolue et nos politiques œuvrent favorablement même si tout est à développer dont plus de structures dédiées à la jeunesse et à celle emprisonnée par les addictions.

Bien à vous,

Pépite

Miredo12 - 14/01/2022 à 05h27

Il a appelé hier. Pas pour me demander des nouvelles, ça faut pas y penser. Pour me demander sa carte de mutuelle 2022. Et s'est énervé quand je lui ai demandé d'éclaircir sa situation administrative. Je ne sais pas où il est domicilié, s'il est toujours à notre charge. S'en est suivie une avalanche de reproches par téléphone et par messages. Nous sommes son père et moi responsables de la situation. Responsables des prises de stupéfiants, responsables du fait qu'il ait dû partir car chez nous il était en danger. Il décortique son passé pour se trouver des excuses. Et nous fait porter l'entière responsabilité de tout ça. Pourtant il me semble que personne ne l'a forcé à essayer les drogues et à y revenir. Je crois qu'il ferait bien de s'éloigner complètement de nous. Je sais pas si j'en souffrirai plus que maintenant.

Répondre au fil Retour