Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Témoignages de l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Vivre avec un proche addict cocaine

Par Meli57


Bonjour,

Je vis avec mon compagnon depuis 8 ans. J'ai découvert début de l'année dernière qu'il était alcoolique ou du moins j'ai ouvert les yeux. Il a engagé des soins car c'était une de mes conditions. Puis au mois d'août de l'année dernière, après plusieurs retraits et de l'argent dépensé sans explication, j'ai demandé des explications et il a fini par me dire qu'il était accro à la cocaïne et qu'il en consommait depuis l'âge de 16 ans. Je n'ai jamais rien vu, des comportements suspects mais j'ai toujours tout mis sur le dos de l'alcool puisque j'avoue qu'il m'en avait parlé au début de la relation, j'ai pas pris le problème au sérieux, mais je ne me doutais pas de ça. Il a fait une cure de six de semaines mais en sortant de sa cure il y est retourné directement. J'ai découvert ça en jouant à la détective car il me ment beaucoup. Depuis que j'ai découvert tout ça, on se dispute sans arrêt. Je lui ai mis des ultimatums, je l'ai supplié, j'ai été parfois méchante dans mes paroles, il m'insupportait, j'étais mal, je vomissais tellement j'angoissais, je vis un enfer. Depuis une semaine, je lui ai demandé de retourner chez sa mère car je n'y arrivais plus. Sauf que c'est difficile de se tenir à ce choix, car il est malheureux, notre fille le réclame, il me dit avoir compris maintenant et vouloir changer, il me dit que je suis son seul espoir, qu'il a peur que je ne revienne pas et moi je culpabilise, je me demande si c'est peut-être un peu de ma faute. Et même si admettons il changeait, je ne suis pas sûre d'avoir de nouveau confiance, j'ai l'impression d'avoir été détruit par tout ça. Sauf que je sais que derrière les addictions se cache quelqu'un de très bien aussi et nous avons une fille alors si je peux avoir des conseils, un avis sur tout ça ou si des personnes ont vécu cette situation. Merci pour votre aide.

Commentaire du modérateur

Bonjour Meli57,

Merci pour ce témoignage, très caractéristique de situations qui nous sont racontées aussi dans le forum pour l'entourage. Je vous invite d'ailleurs à y participer car c'est là que vous pourrez avoir les réponses d'autres internautes dans la même situation que vous.

Concernant votre situation ce que l'on peut en dire c'est que la confiance entre vous deux est atteinte et que ce n'est pas pour rien que vous lui avez demandé de partir. Cela n'empêche pas bien entendu de continuer à avoir des sentiments à son égard et d'avoir envie de lui redonner une chance. Cela rend les choses difficiles à vivre pour vous. 

Si nous pouvons vous donner un conseil c'est de prendre le temps de réfléchir avant, éventuellement, d'accepter son retour. Honnêtement beaucoup de conjoints sont confrontés à ce genre de promesses mais beaucoup de fois elles ne sont pas tenues. Cela ne veut pas dire qu'il ne voudrait pas la tenir mais l'addiction est généralement la plus forte. Très vite les habitudes sont reprises mais pour vous il sera plus difficile d'enclencher à nouveau un éloignement ou il sera plus radical.

Quand la confiance n'est plus au rendez-vous, quand vous vous sentez obligée de "mener l'enquête" ou de contrôler ce qu'il fait (ce qui n'est pas un fonctionnement normal pour un couple), ce ne sont plus aux paroles auxquelles il faut s'attacher mais aux actions. Plutôt qu'une promesse essayez d'obtenir de votre compagnon qu'il réenclenche un soin, ce coup-ci dans une idée d'accompagnement sur le moyen et long terme. Mais il faudra lever aussi cette ambiguïté : ce n'est pas pour vous qu'il doit le faire mais bien pour lui-même, parce qu'il veut tourner le dos à la cocaïne. S'il n'exprime pas ce désir c'est qu'il n'est pas mûr pour le faire.

Cependant il est aussi possible de décider de vivre avec un cocaïnomane ou une personne alcoolique. Si vos sentiments sont plus forts que son problème c'est un choix que vous pouvez faire. Mais alors faites-le en connaissance de cause, en ayant conscience que cela va avoir un "coût" et en axant vos actions non sur le contrôle de ce qu'il peut faire mais sur votre qualité de vie et celle de votre couple. Dans cette optique il faut surtout chercher à moins dépendre de lui et de ce qu'il fait et faire passer la priorité sur vos propres besoins et ceux de votre fille. 

Enfin, une bonne idée c'est de trouver un interlocuteur avec lequel en parler en toute confiance. Tout comme ils accueillent les usagers de cocaïne ou d'alcool, le Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) peuvent vous recevoir gratuitement en tant que conjoint. Vous y rencontrerez des professionnels des addictions qui pourront vous conseiller. Si vous avez une bonne relation avec votre médecin traitant habituel celui-ci aussi peut en parler avec vous et vous conseiller. Enfin, vous pouvez également appeler notre ligne d'écoute Drogues info service au 0 800 23 13 13 (appel anonyme et gratuit, 7j/7 de 8h à 2h) pour en parler mais aussi pour obtenir les coordonnées de centres pouvant vous recevoir.

Cordialement,

le modérateur.

Déposez votre témoignage

Retour à la liste