Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Témoignages de consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Ma première prise d’extasie

Par Simpleanonyme

Je tenais à écrire mon expérience à ce sujet, en espérant qu’elle vous aide à ne pas reproduire les mêmes erreurs que moi.
Tout d’abord je vais vous raconter le contexte de l’histoire, histoire que vous compreniez bien pourquoi tout ça s’est produit en quelque sorte.

Je suis tombée amoureuse d’un garçon, au point de vouloir tout faire pour lui. J’étais accroc, et tout ce qu’il me demandait de faire je le faisais sans trop y réfléchir, prendre du recul sur la situation.
Ce garçon a pris là décision de se séparer de moi ce qui m’a fortement touché émotionnellement et mentalement, je ne mangeais plus, ne bougeais plus de mon lit, je ne dormais plus par peur de refaire des rêves où il en faisait parti. Il a aussi été la cause du début de mes crises d’angoisse et de nerfs, et j’en passe.

Deux mois s’était écoulé jusqu’à ce moment là :
Un soir il revient me parler par message. Moi, l’aimant encore de toutes mes forces, je tiens une discussion avec lui, pas forcément agréable. Il m’explique qu’il se sent mal, qu’il ne peut pas me revoir en étant sobre parce que sinon ça lui ferait bien trop de mal. Il me dit donc que si je tiens à le revoir, il faudrait que je vienne jusqu’à chez lui en apportant deux taz.
Il m’explique en passant que si je viens sans les taz il ne voudra pas me voir, et me laissera seule dehors (nous avions 30km de distance, ce qui implique un trajet de 2h en bus par correspondance, qui passe pratiquement toute les 4h)
Il me dis ça un samedi au soir.
Au départ je ne l’avais pas prise au sérieux et comptais quand même venir sans la consommation. Nous avions prévus de nous voir le lundi qui arrivait.
Dimanche soir, il me fait comprendre que ce qu’il m’avait proposé était bien réel, que je devais prendre en compte ses choix et que si je ne faisais pas ce que je lui demandais de faire alors il disparaîtrait à tout jamais.

Le lundi au matin je pars en ville acheter deux taz (des f1) à un contact que j’ai réussi à avoir la veille. J’ai fais tout ça, sans réfléchir, et surtout sans rien savoir sur cette drogue.
Je me suis lancer droit vers l’inconnu en ayant confiance en lui.
Je ne connaissais pas les effets, combien de temps le trip durait, ce qu’il fallait faire ou non, je n’en savais strictement rien. Je l’ai écouté et je pensais que c’était la bonne décision à prendre.

C’est là que tout commence.
Je prends donc le bus jusqu’à lui, arrivé à 13h45, nous commençons à pop. Il me donne une moitié et me dis d’avaler avec de l’eau, il fait de même.
Nous allons dans sa chambre, un lieu que je n’avais pas vu depuis 2mois, là où tout s’était passé auparavant, ce qui me trouble assez.
Après 15minutes je commence à me sentir un peu étourdi, à la ramasse...
Il est assis en face de moi et me sourit, puis se lève et va vomir à sa fenêtre.
Il me regarde et me dis qu’il ne peut pas me voir, et s’en va en fermant la porte derrière lui.
J’accepte ses choix, alors je reste assise à ma place, branche mon téléphone à ses enceinte et met Angie des rolling stones (notre musique fétiche) et je commence à chanter de toute mes forces.
A ce moment là je ne m’en rendais pas compte mais je commençais à monter.
La musique s’arrête, je change de morceaux en m’étant du piano. Sans parole, je me laisse porter par la musique tout en regardant autour de moi.
Je fond en larme, en me rendant compte que j’étais là, assises dans sa chambre, et qu’il n’y était pas.
J’ai commencé à me persuader que j’étais dans l’un de mes cauchemars, que ce n’était pas réel et qu’il fallait me réveiller.
Je me suis donc assise sur son lit, j’ai senti ses draps, en sentant son odeur que j’avais tant voulu ressentir auparavant, j’ai commencé à hurler, hurler que je n’en pouvais plus, qu’il fallait qu’il revienne, et qu’il fallait que je sorte d’ici.
Toujours assise sur son lit, j’ai commencé à me mordre (j’avais la mâchoire complètement serré à ce moment là).
Je me mordais jusqu’au sang et je ne ressentais rien.
J’ai donc fouillé dans mon sac qui était à ma droite, j’y ai donc trouvé ma règle en plastique.
A partir de ce moment là, quand j’y repense, j’avais l’impression d’être une deuxième personne, d’être devenu complètement folle.
J’ai donc commencé à tenté de me scarifier, quelques plaques rouges apparaissaient mais ça ne changeais rien.
Je me suis lever, et mon regard s’est posé sur ses ciseaux orange posés sur son bureau.
Je m’en suis muni, puis j’ai continuais à faire ce que je faisais déjà avec la règles, mais cette fois ci c’était bien plus hard.
Sur mon bras gauche. Et pas ailleurs.

J’étais toujours en pleure, je répétais toujours la même phrase en boucle, je continuais à me scarifier sans que ça ne me fasse de douleur.
Je me suis arrêté en voyant que rien ne changeait, puis j’ai levé les yeux jusqu’à la fenêtre, je me suis posais la question "si je devais me jeter de cette fenêtre ou non?". Puis mon regard s’est tourné jusqu’à mon téléphone, mon premier reflex a été de vouloir contacter quelqu’un pour voir si je c’était réel ou non.
J’ai appelé ma meilleure amie de l’époque, en face Time. Elle a répondu dans la seconde et m’a vu sous cette état qui a leur actuelle me fait honte.
Je lui ai montré mon bras en rigolant de nerfs, et j’ai encore continuer à pleurer.
Elle m’a rassuré et m’a dis d’aller chercher mon ex petit ami dans sa maison, que je devais pas rester là.
J’ai donc laissé son ciseaux sur son lit, et je suis partie, toujours en FaceTime avec elle.
Puis je l’ai retrouvé, assis sur son canapé.
Il était paisiblement allongé et m’a regardé avec un regard complètement apeuré.
Il m’a demandé pourquoi je m’étais fait ça aux bras et m’a ensuite demandé de raccrocher avec mon amie car "c’était gênant pour lui".
Je l’ai fais.

Je me suis assise à côté de lui, le regardant droit dans les yeux, je le trouvais tellement beau et apaisant que j’en oubliais tout le reste.
30minutes s’est écoulé jusqu’à ce qu’il me demande de partir car sa famille allait arrivé.

Je pleurais de toute mes forces en lui demandant de rester avec moi jusqu’à ce que je prenne mon bus. Il ne voulait pas.
Il m’a donc sorti de chez lui. Je n’étais pas encore totalement redescendu.
J’ai donc rappelé mon amie qui est resté en appel avec moi jusqu’à ce que mon téléphone s’éteigne.
Du trajet jusqu’a chez moi je me suis rendu compte de ce qu’il s’était passé.
Je lui ai donc envoyé un message, car j’avais le besoin d’en parler avec lui.
Il m’a donc ensuite demandé de ne plus en parler, et qu’il fallait que je me débrouille. Qu’il n’était plus là et que ce n’était pas à lui de régler ça.


J’ai donc passé une semaine horrible à me morfondre sur ma personne; jusqu’à présent quand je vois mon bras je me répugne, et je me fais peur surtout.

J’ai passé les détails de la fin car sinon j’aurais fais du hors sujet.
A l’heure actuelle je me rend compte à quel point j’ai été inconsciente et stupide d’avoir vu l’extasie comme une drogue complètement banale, et de mettre surtout pas renseigner avant.
Je tenais à écrire tout ça, à le faire partager car pour commencer ça me fais beaucoup de bien d’en parler mais aussi parce que j’espère que ça servira de prévention à certaines personnes; car la plupart du temps les personnes qui vont sur des forums comme celui si pour y lire des témoignages de ce genre, sont des personnes qui veulent à 80% tester mais qui veulent savoir les effets ou ce qui pourrait se passer si..

En tout cas, faites attention à vous et à ce que vous prenez à l’avenir .
Merci de m’avoir lu :)

Déposez votre témoignage

Retour à la liste