Par chat

Chattez avec
Drogues Info Service

Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond à vos questions

Posez votre question

Vos questions / nos réponses

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment aider concrètement un consommateur multi-produits

Par Profil supprimé

Bonjour à tous,

Je me permets d'écrire sur ce forum car je cherche des réponses concrètes à une question fondamentale pour moi : comment aider/soutenir.orienter mon partenaire ?

Les médecins le disent, il aurait dû mourir cent fois. En dehors de sa consommation importante d'extasy (depuis ses 15 ans, il en a aujourd'hui 34 et moi 32) et de crack un peu plus récemment, il a régulièrement consommé de la coke.

Il est aujourd'hui dépendant au Subutex, dont il compense les effets avec du Valium et une bonne quantité d'alcool. Il est suivi en CSAPA et a émis récemment, pour la troisième fois, l'idée de se sevrer. Il a même commencé les démarches pour un internement, mais ayant eu une opportunité de travail entre temps, il n'est plus allé aux rendez-vous.

J'aimerais savoir comme le soutenir / l'aider à avancer. Il est très souvent soit sur les nerfs soit apathique; il a de gros problème de mémoire et j'ai l'impression que quand il vient de prendre la buprénorphine, il n'arrive plus à réfléchir logiquement et saute du coq à l'âne. Quand nous étions amis, 'j'arrivais à gérer. Maintenant, c'est beaucoup plus compliqué et je souffre de voir les effets de son addiction sur sa santé. Par ailleurs, il habite avec moi dans un relativement petit espace et je ne suis pas d'une nature calme, ce qui ne doit pas arranger les choses.

J'ai cru comprendre, contrairement à ce qu'il pense, que le Valium provoque plus d'effets secondaires très néfastes et permanents et qu'il pourrait être bien qu'il commence par arrêter le Valium. Ou l'alcool. Faudrait-il que je me renseigne sur des méthodes alternatives au traitement de l'anxiété et de l'insomnie afin qu'il puisse arrêter le Valium et ensuite, dans un second temps, se faire interner pour arrêter le Subutex ? Lors de son dernier internement, il n'avait pas dormi pendant une semaine.

Bref, comme vous pouvez le lire, je suis un peu perdue. Pleine de bonne volonté et prêt à faire des sacrifices si nécessaire, car il s'agit d'une personne extraordinaire, mais je ne sais pas dans quelle direction prendre.

Si vous avez connu la même situation ou une similaire ou si vous avez des conseils à me donner, je suis preneuse.

En vous remerciant d'avoir pris le temps de me lire.

Clo

Fil précédent Fil suivant

3 réponses


hedenne88 - 15/03/2021 à 17h18

Bonjour, je suis un homme ancien toxicomane, il faut qui a le déclic de dire stop jarrette tous et je me fais aider. Penser à vous ne couler pas avec lui ces lui qui a un problème de santé. Désoler d'être dure, mais cela, arrive. A-t-il pensé à la cure cela peu aidait, je vous souhaite du courage prenait soin de vous

Strasbird - 01/07/2021 à 00h26

Mesdames,

Je rejoins le commentaire de hedenne88, pensez à vous. J'ai 44ans, polytoxicomane pendant 25ans, dont 20 à l'héroïne (entre autres), et abstinent depuis 6mois seulement. Ces sortes de drogues, coke, héro, met... sont le diable. Cela détruit celui qui les consomme bien sûr, mais détruit aussi tout ceux qui aime ce consommateur, ce malade. Les 5 vraies relations, celles qui durent des années, que j'ai eu ces 20 dernières années, je les ai toutes anéanties, de par ma toxicomanie. Mentir était mon activité principale : mentir à ma copine, à ma mère, à mes proches, sur ma consommation, mon comportement, mes sorties d'argent, ma santé....
Sachez que pour quelqu'un vraiment addict, seul le produit compte. C'est très dur ce que je dis, je le sais, mais c'est la réalité. Tout cela pour vous dire qu'ils ont de la chance d'avoir des personnes comme vous pour les aider, l'entourage, l'amour des proches est fondamental, amis ce n'est que la 2eme condition pour sortir de la came. La première, c'est la volonté du tox lui-même, sans ça, aucune chance de changer la situation. Et c'est justement là que je voulais vous dire mesdames, messieurs, aidez vos conjoint(e)s , mais jusqu'à un point. Celui-ci passé, lâchez l'affaire, vous ne pourrez plus rien faire, donc pensez à vous et aux vôtres avant tout.
Je sais que c'est dur ce que je dis, mais c'est ce qu'il faut faire. Moi par exemple, j'ai seulement compris il y a donc quelques mois, que j'étais même en train de perdre ma mère, la seule ayant toujours crû en moi. C'est à ce moment que j'ai enfin compris qu'il était temps que tout s'arrête.
J'espère que vos conjoint(e)s auront aussi enfin cette prise de conscience. Bon courage.

Amoureuse - 01/07/2021 à 14h40

Merci STASBIRD pour ce témoignage sincère et émouvant .
Pleins de pensées positives pour toi , en te souhaitant que tu sortes de ces addictions et que tu en sois définitivement libéré.

Répondre au fil Retour

Le dico des drogues