Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mon fils est accro au cannabis

Par Fanou57

Bonjour,
Mon 2ème fils de 18 ans consomme du cannabis tous les jours. Il est en première année de fac, il est bien intégré.
Mais le fait qu'il se drogue est pour moi inacceptable. Il a déjà eu affaire à la justice pour détention et consommation de cannabis. Il a du faire un stage de sensibilisation, l'an dernier. Je ne sais plus quoi faire. Je veux arrêter de lui verser son argent de poche (ça le touche, mais comme il a un petit job, il m'a dit que ce n'était pas grave ). Mon mari est contre. Il me dit qu'il trouvera de l'argent quand même. Mais il ne propose aucune autre solution.
Je ne sais plus quoi faire.
Avez vous des idées ?
D'avance, merci !

Fil suivant

7 réponses


Moderateur - 03/01/2019 à 10h42

Bonjour Fanou57,

Si votre fils est "accro" au cannabis comme vous dites le fait de lui supprimer son argent de poche a peu de chances de l'empêcher de consommer. Il trouvera d'autres moyens sans doute pour pouvoir se payer ce dont il a besoin.

Je ne peux pas vous donner la baguette magique qui vous permettra de faire arrêter votre fils. Je peux vous dire en revanche que le fait qu'il soit intégré, qu'il ait un petit job, qu'il fasse des études sont tout de même des facteurs favorables au fait qu'il abandonne un jour sa consommation. Beaucoup de fumeurs arrêtent en effet au cours de la vingtaine car la consommation du cannabis perd de son intérêt au fil du temps (le enjeux ne sont plus les mêmes qu'à l'adolescence et le plaisir diminue) mais surtout parce qu'ils construisent leur vie affective, sociale et professionnelle et que le cannabis y a de moins en moins sa place. Il existe aussi une frange de fumeurs qui n'arrêtent pas mais qui réussissent à construire leur vie quand même.

Je vous préviens aussi que le fait de faire de sa consommation un enjeu trop fort entre vous peut être un facteur défavorable qui l'encourage à continuer de consommer. Certaines consommations se cristallisent en effet parce qu'elles deviennent un enjeu d'autonomie pour le fumeur. Il ne peut plus arrêter parce qu'arrêter signifierait capituler devant le parent qui veut absolument qu'il arrête.

La position parentale est une position très délicate et trouver le bon positionnement n'a rien d'évident. Tenir vos convictions est important et cela constitue un repère pour votre fils. Il vaut mieux un parent opposant qu'un parent indifférent par exemple. Mais votre fils arrive aussi à un âge où il doit avoir la possibilité d'assumer ses propres choix, aussi mauvais soient-ils.

La question est donc pourquoi fondamentalement lui donnez-vous de l'argent de poche ? Est-ce pour qu'il ait des dépenses précises que vous contrôlez ou le contrat est-il que vous lui donnez une certaine somme qu'il gère en autonomie ? Si la réponse est l'autonomie alors, lorsque vous lui donnez son argent vous pouvez le lui rappeler : il fait de cette aide monétaire ce qu'il veut, ce sont ses choix dont vous ne pouvez pas le protéger. Vous désapprouvez ces choix mais vous tenez votre part du contrat et aussi parce que vous lui faite confiance pour avoir la liberté d'en faire de meilleurs. Vous le renverrez ainsi à lui-même et le cannabis sera moins un enjeu relationnel entre vous. Et si la réponse est qu'il doit avoir des dépenses précises, alors oui interrompre l'argent de poche se justifie sans doute dans la mesure où il ne remplit pas sa part du contrat (et non parce qu'il achète du cannabis avec).

Cordialement,

le modérateur.

marredespseudos - 03/01/2019 à 17h16

Voilà environ 4 ans que je lis psychologie ; tous les sites abordant les problèmes liés à l'adolescence et à la consommation de drogue, les psychologues ; les médecins ; les éducateurs ; les associations d'aide aux parents ; etc. et chaque fois la réponse qui m'est faite est que l'adolescent doit choisir seul, qu'on ne peut rien lui imposer, qu'il faut rester dans le dialogue, ne pas rejeter son enfant, etc.. c'est tellement bienveillant tous ces conseils, tellement d'une sagesse irréprochable, tellement bien-pensant même pour certains.

Mais voilà, moi je suis une maman qui n'en peut plus. Qui espèce une seule chose c'est que son fils de 18 ans, fumeur d'herbe et de cannabis, voleur (objets de toute sorte, carte bancaire : 3 000 € de volés ; cigarettes ; argent dans le porte monnaie, montre de mon mari ; vélo ; etc; etc.). Alors oui, j'espèce une seule chose c'est qu'il parte.

J'ai un deuxième fils plus jeune qui vit dans une ambiance invivable de tension, d'odeur nauséabonde de drogue, d'une "loque" qui dort jusqu'à quelquefois 16 heures.

Alors je lis déjà : mais, ce n'est pas bien madame. Vous ne devez pas le laisser faire cela. Il faut DIALOGUER !!!!! DIALOGUER, alors là je me gosse. Voilà 4 ans que je dialogue, et 4 ans qu'il (mon fils) me prend pour une cruche (j'utilise ce mot politiquement correct, car vous vous doutez bien que ce n'est pas à celui là auquel je pense).

Oui, le dialogue, les psys, les éducateurs, j'ai essayé de comprendre, de gronder, de punir, etc. Et le résultat et qu'il me prend juste pour une cruche.

Une fois j'ai lu un message d'une maman qui doit vivre je pense à peu près la même chose que moi au vu de son témoignage. Elle a eu l'audace d'écrire qu'elle voulait foutre son fils dehors.

La pauvre, les réponses ont fusé, la "traitant" littéralement de MAUVAISE MERE. Qu'on ne fait pas des enfants pour les mettre à la porte. Celle qui a écrit ça sous-entend donc qu'on peut faire des enfants pour se faire voler, insulter, menacer ?

Alors je peux vous dire que moi aussi, aujourd'hui je suis une MAUVAISE MERE, qui n'en peut plus. Qui a perdu 10 kilos quand son fils s'est retrouvé au commissariat de police. Le monde ce jour là s'est écroulé sur ma tête.

Mon fils je l'ai aimé, chéri, entouré de tendresse et de sécurité, tout comme son père. Nous ne manquons de rien, mais n'avons jamais pourris gâtés nos enfants. Nous avons essayé de leur inculquer des valeurs, le respect, et le courage.

Quand je lis certains témoignages de personnes qui jugent des parents, ça me fout en l'air. Qui sont-ils pour juger ? Un enfant délinquant ou un enfant qui se drogue n'est pas forcément un enfant délaissé et non aimé. Ces pensées étriquer me révolte !!

Enfin, tout cela pour dire qu'aujourd'hui je suis "au bout du rouleau". Je ne supporte plus mon propre enfant, je pense même pouvoir dire qu'à l'instant T, je ne l'aime plus. Je ne ressens absolument plus rien pour lui si ce n'est de la rage. De l'écrire me déprime et je suis tellement navrée de cette situation.

Vous savez, on parle de faire le deuil de son enfant quand il quitte le foyer. Et bien moi, cela a duré 4 ans. J'ai dû faire le deuil de mon fils après chaque déception et désillusion.

Je pense qu'on a tous un seuil de tolérance; Le mien est atteint. Je ne culpabilise pas et croyez-bien qu'après ce que j'ai vécu au quotidien, je défie quiconque de tenir également 4 ans.

Pour mon aujourd'hui mon fils est un jeune adulte. Ce n'est ni un enfant ni un adolescent. Il doit réagir. S'il ne le fait pas ce ne sera pas en me "bouffant" et en ruinant ma vie.

Il ne me reste que que 20 belles années à vivre et je veux être égoiste et profitez de ces dernières années et cela dans la joie et avec un peu de légèreté.

Bien à vous.

christine58 - 03/01/2019 à 22h54

bonsoir,

je viens de lire vos messages et j en suis toute retournée...enfin je me sens comprise tellement tout ce qui a été répondu est vrai. Je suis également maman de 3 enfants et mon second dépendant au cannabis. Je confirme que l on n est pas aidé du tout..mon fils a aujourdhui 21 ans..il consomme tous les jours..j ai accepté qu il parte pour ses 18 ans, car je n en pouvais plus de cette odeur, car meme si je lui interdisais de fumer à la maison il n écoutait pas.

J ai tout fait pour qu il soit autonome, en apprentissage, puis diplomé, le permis en poche, son appart, j ai continué a lui faire ses lessives pendant 3 ans, mais au fil des années je l ai vu mal..dépressif..il n a pas voulu revenir ...j ai frappé a toutes les portes pour qu on m aide mais toujours la meme réponse..mon fils est majeur je ne peux donc plus intervenir..;


aujourd hui mon fils ne me parle plus, ses frères ne veulent plus le voir, tellement de discordes à cause de cette foutue drogues..il ne travaille plus...ne recoit aucune aide...se fou de tout et s est complètement écarté de la famille

Si j écris ce soir, c est que je comprends cette maman qui demande de l aide, et aussi celle qui n en peut plus et qui souhaite que son fils parte...car meme si j adorais mon fils j ai été soulagée qu il parte pour que son petit frère et moi retrouvions une vie équilibrée..

et pourtant après etre passéé par ces 2 phases colere puis de soulagement , je souffre toujours de voir mon flis ainsi..se détruire et refusant toutes les mains tendues...

on me dit que l on n y peut rien, que les jeunes adultes doivent assumer, mais je pense que ces jeunes sont en souffrance intérieure et qu ils doivent se faire aider

malheureusement sans leur propre consentement c est impossible


Je vous envoie plein de courage

LAETI68 - 03/03/2019 à 10h33

Bonjour,
Malheureusement, je suis dans la même situation que vous. Notre fils de 18 ans se drogue au cannabis et je ne sais plus quoi faire. Le fait que votre fils soit toujours scolarisé et qu'il ait passé son permis, c'est déjà bien comme a dit le modérateur. En plus, il à un petit job en même temps qu'il étudie. C'est Super ! Soyez quand même vigilent. Après Malheureusement votre fils fait s'est propres choix. Pour l'argent de poche, je ne sais pas..... Difficile pour moi de donner des conseils... Vu notre situation... Désolée..

De notre côté, nous donnions de l'argent de poche à notre fils depuis le lycée jusqu'à son alternance de septembre. Apparemment, cela lui a servi essentiellement à acheter de l'herbe (selon ses dires). J'ai été très contente d'entendre cela sachant que c'est moi qui ai insisté pour qu'il en ait. J'ai fait beaucoup d'erreurs, je me rends compte.
Mon fils a tout laissé tomber après avoir passé son bac qu'il a eu. Je m'étais rendu compte qu'il fumait depuis quelques années. Le jour oú j'ai trouvé du cannabis chez moi il y à 2 ans, j'ai appelé drogue info services, on m'a dit de le surveiller. Ce que j'ai fait et il est allé au lycée jusqu'au BAC. Du coup, je me disais que ça va car selon ses dires, c'est juste festif.

Il a même réussi à se faire prendre en BTS et trouvé une alternance. Du coup, je n'étais pas tellement inquiète (erreur encore)
Et là anniversaire des 18 ans en août, il fait encore plus la fête en disant en septembre, je travaille, je n'aurai plus que 5 semaines de congés. Et en fait, il ne s'est plus beaucoup rendu chez l'employeur et à l'école: renvoi et licenciement. Mensonges à nous pour cacher la situation qu'on découvre. Il retrouve 2 travails qu'il ne tient pas. Il a quand même de l'argent même si on ne lui en donne pas car il a pris des crédits à la consommation . Super les organismes de crédits
Il récupère l'argent du permis qu'on ne peut plus contrôler car le compte est à son nom. L'économie de plusieurs années.
Et pour finir, il a fini par nous voler notre carte de crédit pour prendre de l'argent.
Aujourd'hui il esr menacé d'être mis à la Banque de France car découvert non autorisé et non remboursement des crédits.
Depuis 1 semaine, il dit vouloir s'en sortir. Du coup, on lui à payé sa carte de bus pour le mois pour qu'il puisse chercher du travail et ses cigarettes pour la semaine (j'ai acheté le paquet de tabac).... Mais bon..... On le fait pour encourager ses efforts... Est-ce la bonne attitude ? Je ne sais pas et j'ai un doute sur sa motivation...

En résumé, quelle attitude avoir avec l'argent ? Je ne sais pas. Qu'en pense Drogues Info Services ? Merci

nana13 - 24/04/2021 à 08h24

Bonjour à tous

Je viens de lire les témoignages que vous avez publiés, mon fils fume il a 17 ans il est apprenti depuis 3 ans avec 2 CAP en poche.
Il viens de plaquer sa petite amie qui est une fille géniale car elle voulait l'écarté de certain de ses amis.
Je comprend pourquoi aujourd'hui car ce sont tous des fumeur de canabis pour la première fois cette semaine il a manqué le travail. Sans me le dire et pour cause il était sec et n'a pas pu se lever.
Pour nous cela va être la manière forte, j'attends qu'il rentre car il a passé la nuit chez un de ses collègues de fumette .
Je vais lui retirer sa carte bleu et le menacer de balancer ses potes. Et il va reprendre le sport caché par son père
Puis dès lundi direction le service d'addictologie à l'hopital.
Je n'ai rien a foutre des psy et bien pensants qui connaissent toutes les bonnes solutions et qui bien souvent n'ont pas d'enfants. J'en déjà vu je ne sais combien pour ma fille qui faisait des crises d'ado et de jalousies leurs réponses toujours les même laissé lui plus de libertés Mme jusqu'au jour ou elle m'a craché à la figure et que son père l'a prise en poids et la foutue dehors une semaine plus tard elle est revenue et depuis elle bosse et comprend beaucoup mieux la vie Je vous tiendrez au courant de la situation à travers ce site

LAETI68 - 04/05/2021 à 18h21

Par rapport au dernier message, je comprends tout à fait ce que vous dîtes car maintenant 2 ans sont passés et force est de constater qu'il fume toujours et ne construit pas sa vie.

Il n'habite plus chez nous, il vivote à droite et à gauche et revient quand il est trop en galère. Le dialogue n'est pas rompu, c'est déjà çà.
Après il reste toujours attiré par les mauvais plans.
Je me dis maintenant que si j'avais agis avant qu'il ne soit majeur, cela aurait peut-être fait quelque chose. Mais bon... C'est facile à dire après coup...

Sans conviction car s'il a envie de se détruire et de faire l'idiot, j'ai l'impression qu'on ne peut que retarder les choses....
Bon courage à vous tous
Vive les gosses!

nana13 - 05/05/2021 à 09h00

Bonjour à toutes

La semaine dernière j'ai commencé mon plan action forte
Nous avons interdit les sorties pour 2 semaines , je l'ai accompagné chez le médecin il a demandé au médecin de faire des tests. Le docteur lui a dit qu'elle baserai les rendez vous sur la confiance il a arrêté de fumer. Je vois dans son comportement et physiquement que c'est vrai, pour l'instant et je veille. Par contre samedi il est parti pendant la
soirée nous a dit qu'il en avait marre d'être enfermé ce que je peux comprendre. Hier soir je lui ai dit qu'une demande de test était facile pour moi. Avec son papa on lui a dit que contrairement à ce qu'il voulait nous ne le cacherions pas......
Je souhaite un bon courage à vous toutes et à bientôt

Répondre au fil Retour