Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

extasy, info, intox? Des retours d'experiences?

Par Profil supprimé

Bonjour a tous.
Je viens aujourd'hui car je compte faire une fete avec un ami à moi, nous serions les Dj lors de la soirée, et celui ci a deja lors du nouvelle an, consommé de l'extasy. Je vous l'avoue, il m'en a parlé et cela ma tente vraiment. J'ai envie d'essayer lors de notre fete, meme si cela représente un risque, j'ai le pas mal de truc sur internet et soit on en dit que du mal, soit que du bien, ou alors cest mitigé. Bref. Je n’ai jamais eu de problème de santé lié, je me suis suffisamment renseigné pour savoir par exemple que lors de la consommation, il faut surveiller son état d'hydratation. Je compte aussi me renseigné sur les différents types de "pilules" grâce à un site qui permet d'identifier les composants. La pilule qui me sera fourni lors de la soirée sera bien du MDMA. Je sais aussi que les personnes souffrant de tension artérielle élevée, de problèmes de cœur ou de foie, de diabète, d’épilepsie ou de n’importe quel trouble mental sont particulièrement vulnérables aux dangers de l’ecstasy. Personnellement, je n'ai jamais eu ce genre de probleme, donc cela me rassure, meme si le risque zero n'existe pas.

Par contre, il peut aussi être toxique pour le foie, allant parfois jusqu’à la cirrhose apparament, j'aimerais savoir dans quels cas, car cest la mon probleme. Est ce du au hasard, au alors dut a de la surconsommation?

Voila, merci d'avance.

Fil précédent Fil suivant

11 réponses


Profil supprimé - 03/02/2013 à 12h17

Bonjour,
N'essayez pas le MDMA ,c'est le début de l'engrenage !Mon fils fume du cannabis depuis 3 ans et depuis cet été ,il a commencé à aller à des multisons et à consommer du MDMA lors de ces soirées !Même si il ne le fait qu'une fois/mois,je l'ai vu revenir au petit matin avec une tête de zombi ,en sueur ,surexité ,n'arrivant pas à dormir avant le lendemain !et il ne devait qu'essayer une fois mais il continue ,il dépense de plus en plus d'argent pour ses teufs et je ne le croit pas quand il me dit qu'il peut arrêter quand il veut .Alors ne commencez pas !!!!C'est la meilleurs solution ,son meilleur ami,qui est comme lui,a fait une hépatite il y a 2 mois suite à une consommation de MDMA ,couché 1 mois ,tout jaune ,fatigué et qui n'a rien compris puisqu'ils sont repartis en fête hier alors que ses prises de sang montre que son foie est toujours fragile !C'est du suicide et on devient vite accro !Alors n'y touchez pas ,conseil de maman impuissante face à cette dépendance !

Profil supprimé - 04/02/2013 à 18h05

Bonjour et merci pour votre reponse.
Alors le voir revenir au petit matin avec une tête de zombi ,en sueur ,surexité ,n’arrivant pas à dormir avant le lendemain, c'est normal apres la consommation du MDMA. Apres niveau dependance, le risque est plus faible que par rapport à la cigarette, et malgres cela, j'ai toujours, lorsque je fumais, reussi à garder le controle et à arreter de fumer d'un jour à l'autre.
Donc je pense tout de meme essayer juste pour voir.
De toute facon, ma consommation se fera au maximum 1fois par an et encore blunk

Bonne soirée blunk

Profil supprimé - 05/02/2013 à 09h38

Bonjour hkowable,

Je suis le modérateur des forums. Tout d'abord je vous remercie d'avoir ouvert cette question ici. Je remercie baby22 pour sa réponse aussi.

Alors apparemment vous êtes de toute façon déterminé à essayer l'ecstasy. Je crois que ce qu'essaye de vous dire baby22 c'est aussi que lorsqu'on essaye une nouvelle drogue on ne sait pas jusqu'où cela va nous emmener. Au début, comme vous le dites vous-même ici, les usagers qui essaient une drogue disent toujours que c'est pour essayer, que c'est juste pour une fois et que de toute façon ils n'en prendront pas plus d'une fois de temps en temps. Soit, pourquoi pas mais en fait personne ne peut vraiment savoir car clairement tous les usagers qui sont devenus dépendants à une drogue se sont tous dit ça toute de même au départ !

Il est vrai que l'ecstasy est faiblement addictogène (elle n'entraîne pas facilement la dépendance {per se}). Pour autant le mix "faire la fête plus djing (surtout si vous mixez de la musique electro) plus ecstasy" lui, est déjà plus addictogène. En effet, l'ecstasy est une drogue particulièrement adaptée à cette circonstance. C'est ce qui doit vous attirer d'ailleurs. Ce que je peux vous dire c'est que c'est donc une circonstance aggravante quant à la probabilité que de fil en aiguille vous ne puissiez plus vous passer d'une part de faire la fête assez souvent, d'autre part de faire la fête en prenant systématiquement de l'ecstasy ou une autre drogue (cocaïne, mda, amphétamines...).

Mais évidemment il ne s'agit là que de "probabilités". Vous avez aussi fait état de ce qui ressemble à des facteurs de "protection" : votre capacité à garder le contrôle de votre consommation de cigarette. Ce n'est pas une garantie absolue que vous garderez le contrôle face aux sensations que vous allez connaître dans le mélange fête plus ecstasy mais cela peut être interprété comme un signe positif. Il en va de même avec votre volonté de vous informer avant de consommer : vous essayez d'être réfléchi dans ce que vous faites. Alors essayez de ne pas perdre de vue cette démarche réfléchie. Si jamais vous voyez que vous augmentez votre consommation dans des proportions que vous n'envisagiez pas au départ, si jamais vous avez des effets indésirables, si vous constatez que vous pensez de plus en plus souvent à renouveler l'expérience, alors n'hésitez pas à nous contacter pour en parler.

Ne perdez pas de vue également que ce que vous faites peut avoir des répercussions sur vos proches ! Le témoignage de baby22 doit vous faire comprendre que vos parents peuvent devenir très inquiets à votre sujet à cause de ce que vous faites et ils se sentiront impuissants si jamais vous entrez dans des consommations excessives. Cela peut les dévaster !

Enfin, pour ce qui est des effets sur le foie oui l'ecstasy peut être source d'hépatites fulminantes parfois mortelles. Nous ne connaissons pas les facteurs de fragilité par rapport à ce risque car cela peut arriver à des personnes qui en apparence sont en bonne santé. Cela n'est pas forcément en lien avec une consommation régulière. Quant à la notion de "surconsommation", elle est relative. Il est clair que les personnes auxquelles cela arrive souffrent là d'une "surconsommation", mais cette surconsommation peut n'arriver qu'avec une seule pilule là où d'autres peuvent en gober plusieurs en une soirée sans rencontrer ce problème. La "surconsommation" n'est que partiellement mesurable par rapport à la fréquence d'utilisation ou aux quantités ingérées parce que le facteur personnel et les circonstances entrent également en ligne de compte.

Cordialement,

le modérateur.

Profil supprimé - 06/02/2013 à 19h39

Bonjour, moi c'est pareil j'ai commencé à prendre de la MDMA en soirée electro voilà 1 an de temps en temps et depuis cet été 1 fois par mois. Je prend a peu près dans la soirée des 0.5g. Le problème c'est que j'ai l'impression que je commence à devenir dépendant mais je me dis aussi que une fois par mois ça ne peut pas faire plus de mal que des gens qui fument un paquet de cigarette par semaine (à part la mdma je fume juste un joint par week end). Voilà j'aimerais savoir si je prend de la mdma modérément (1 fois par mois) ya t'il quand même un risque élevé ?

Profil supprimé - 07/02/2013 à 09h00

Bonjour,

Merci de participer au forum !

Sur le papier, c'est-à-dire en théorie, non il n'y a pas de risques "{élevés}" compte tenu de ce que vous décrivez. Cependant comme je l'expliquais dans le post précédent, le "risque" ce n'est pas seulement l'effet du produit, c'est aussi un ensemble de circonstances plus l'équation personnelle de l'usager. La question est donc de savoir si vous avez conscience des risques qui existent, ceux liés aux produits, ceux qui pourraient être liés à votre état de santé (bien que l'on n'ait pas toujours conscience de ses faiblesses en la matière), ceux liés aux environnements et actions qui pourraient être dangereux sous stimulant (ecstasy ou autre car rien ne vous garantit vraiment que c'est à chaque fois du MDMA que vous prenez) et ceux liés aux comportements de protection que vous pourriez adopter. Vos copains, ceux qui sont susceptibles de vous accompagner en soirée, connaissent-ils les comportements à avoir si vous faites un bad trip ? Réciproquement connaissez-vous ce qu'il faut faire si cela se passe mal pour un copain ? Si ce n'est pas le cas je vous invite à vous renseigner.

Enfin prenez conscience qu'une consommation de drogue peut monter très progressivement en puissance et que plus on en consomme moins on devient sensible aux barrières que l'on s'était fixé en commençant. Vous avez commencé "une fois de temps en temps" et vous êtes maintenant à "une fois par mois" - ce qui est déjà un début de régularité. Qu'est-ce qui vous dit que dans quelques mois cela ne sera pas 2 fois par mois puis tous les week-ends ? Quelles limites vous fixez-vous ? S'il vous arrive de transgresser ces limites, demandez-vous pourquoi et si vous êtes réellement d'accord avec cette évolution. Et j'ai 2 dernières questions pour que vous puissiez évaluer un peu où vous en êtes : pouvez-vous envisager d'aller en soirée électro sans prendre de l'ecstasy ? Si vous allez en soirée électro sans prendre de l'ecstasy, vous dites-vous que cela vous manque, regrettez-vous de ne pas en avoir pris ?

Cordialement,

le modérateur.

Profil supprimé - 07/02/2013 à 16h15

Bonjour, merci de m'avoir répondu rapidement.

Concernant mes facteurs personnels je pense que mon état de santé est bon, je fais du sport régulièrement, 3-4 fois par semaine, je mange équilibré, je ne bois pas, ne fume pas en semaine. Bref je me limite vraiment aux week end/vacances.

Après effectivement quand je prend du mdma je ne me rappelle plus bien de ce que j'ai fait la veille et je ne saurais pas quoi faire en cas de bad trip d'un de mes copains (pls ? pompiers ?)

C'est vrai qu'aussi l'accoutumance viens très vite puisqu'il y a 1 an je me limitais à fumer en soirée et maintenant c'est 1 par week end. Mais voilà j'essaye de m'imposer des limites. Un joint/week end (sauf soirées) et peut être une fois mdma par mois ou tous les 2 mois.

Enfin pour vos dernières questions justement c'est pour ça que j'ai posté car ce week end j'ai une soirée electro et j'hesite vraiment... Je vais essayer de ne pas en prendre et passer une soirée "normale" (alcool et herbe) sans drogue dure pour voir ce que ça fait...(meme si avant je le faisais très bien) Mais le problème c'est que je me dis que je vais peut être regretter compte tenu que je sais l'effet que ça fait sous mdma et que je risque de passer une soirée "moins bien".

Merci encore.

Profil supprimé - 07/02/2013 à 18h10

Re-bonjour,

Oui toute l'ambiguïté est là : on a beau se poser des limites, vouloir être "raisonnable" dans sa prise de risque, malgré tout il y a des choses en dehors de contrôle lorsqu'on prend des drogues. Clairement votre consommation ne semble pas problématique. Cependant vous prenez des risques et l'un d'entre eux est de repousser vos limites, de ne plus pouvoir faire "naturellement" certaines choses que vous faisiez avant sans vous poser de questions. Ne perdez pas de vue que le propre des drogues est d'agir sur le cerveau, ce qui contribue à modifier les perceptions que l'on a des choses non seulement au moment de leurs effets mais aussi sur le long terme. L'accoutumance aux effets et la dépendance sont deux manifestations de cette modification du fonctionnement de notre cerveau.

Un autre commentaire que je ferais est que vous ne devez pas banaliser la consommation d'alcool qui, aussi bien sur le court terme si vous en buvez beaucoup, que sur le long terme si vous en buvez régulièrement, peut avoir des effets parfaitement néfastes. Par ailleurs je ne sais pas si vous pratiquez le mélange herbe + alcool souvent mais ce genre de mélange "casse" la plupart du temps et n'est justement pas propice à la fête.

Le bad trip sous mdma ou, plus souvent, sous hallucinogène(s), n'est généralement pas une urgence médicale (donc pas de pls) mais peut dégénérer en problème psychiatrique s'il est mal géré. Si l'un de vos copains angoisse, se sent mal dans sa peau lorsqu'il est sous ce type de drogue, il faut rester à ses côtés, s'employer à le protéger des lumières et bruits trop violents et, surtout, chercher à le rassurer. N'hésitez pas à lui dire que les effets qu'il ressent vont se dissiper et qu'en attendant vous restez à ses côtés. Si jamais vous avez l'impression que vous ne pourrez vous-même pas gérer la situation ou qu'elle dégénère (le bad trip prend des proportions que vous ne pouvez plus gérer), là il faut appeler les secours (pompiers). L'erreur à ne pas commettre en tout cas est d'abandonner à elle-même une personne qui fait un bad trip. Je vous conseille de vous rendre sur un site comme celui de Techno+ (voir leurs [flyers->www.technoplus.org/t,1/2094/nos-flyers]) glaner des informations de réduction des risques. Vous en avez également quelques unes dans les fiches produit de notre ["Dico des drogues"->http://www.drogues-info-service.fr/?-Dico-des-drogues-].

Venez nous raconter, la semaine prochaine, comment s'est passée votre soirée et quelles ont été vos impressions.

Cordialement,

le modérateur.

Profil supprimé - 12/02/2013 à 16h18

Bonjour,

Bon voilà je vais raconter comment s'est passé la soirée electro sans mdma (pourtant des amis en ont pris et on m'en a proposé) :

j'ai juste fumé (cannabis) et bu 3-4 bières.

La soirée ne m'a pas paru exceptionnelle, le son était vraiment bien, les dj aussi mais je n'ai pas réussi à trouver l'ambiance que je trouve lorsque je prend de la mdma.

En fait je pense que j'ai du attendre une montée qui n'est jamais venue... (forcément)

Tout s'est bien passé, je retiens un bon souvenir mais quand je dansais j'étais plus fatigué que d'habitude, j'étais moins à fond, et j'allais moins vers les gens (même vers ceux qui étaient sous md)

Je suis sur que si j'avais pris de la mdma j'aurais passé une meilleure soirée (c'est triste à dire mais c'est mon ressenti...)

Ou alors une hypothèse est qu'en fait les soirées electro ne sont pas si bien et que c'est justement la modification de la perception qui fait que l'on aime... puisque je voyais les autres sous md ils avaient l'air d'être dans un bon trip !

Après, le lendemain et même cette semaine je me sens beaucoup plus en forme physiquement et moralement que lorsque j'ai pris de la md.

donc voilà quitte à faire moins de soirée electro autant bien les faire... jusqu'à ce que j'en soit lassé...

Profil supprimé - 12/02/2013 à 17h09

Bonjour,

Merci pour ce retour d'expérience !

Je crois que vous analysez bien la situation. Rien n'est tout blanc : vous sentez que la mdma vous aurait permis de mieux coller à la "fête" et vous avez sans doute raison dans le mesure où cette drogue favorise le contact aux autres et gomme la fatigue. Cependant ce n'est pas tout noir non plus : vous n'avez pas passé une si mauvaise soirée que cela, juste différente et sans doute plus respectueuse de votre rythme. En ne prenant pas de mdma vous avez gardé conscience de vos limites et, bénéfice secondaire, vous avez attaqué la semaine en meilleure forme physique et morale.

Je crois qu'indirectement vous soulevez la question de savoir s'il faut vivre la fête à fond ou non. L'idée de devoir "vivre à fond" les choses pour pouvoir les apprécier est assez commune aujourd'hui, elle est sans doute encouragée par notre environnement culturel (publicités, valeurs véhiculées par la Société, etc.). Elle relève d'un certain consumérisme. Chacun aura sa position là-dessus mais en tout cas on peut vivre bien la fête sans la vivre à fond et parfois justement vivre tranquillement, naturellement, les choses c'est justement les vivre bien, en jouant sur une certaine forme de qualité. En revanche prendre une drogue pour se "forcer" à vivre à fond la fête ne dure qu'un temps parce qu'au bout d'un moment ce n'est plus "vivre la fête" qu'on vise réellement mais prendre la drogue. De plus cette prise de drogue augmente en quantité et fréquence sur le long terme. Bref, c'est plutôt une fausse bonne idée, surtout si on ne se laisse pas d'autres fois un espace pour faire la fête autrement et en tout cas sans cela.

Votre conclusion {"quitte à faire moins de soirées électro, autant bien les faire..."} a plutôt l'air d'un message positif s'il veut bien dire que vous visez la qualité plus que la recherche de sensations maximales.

Bonne continuation et merci !

le modérateur.

Répondre au fil Retour