Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Dépression sérieuse suicide/drogue

Par Profil supprimé

Bonsoir.
Je viens vers vous même si je suis très certainement pas au bon endroit.. Pour vous parler de mon problème.
Je traverse en ce moment une grosse dépression et mes idées suicidaires remontes petit a petit..
J'ai déjà vécu cela et le résultat a toujours été l'hôpital puis retour a la maison..
Mais cette fois ci c'est comme si j'étais persuadé que c'était la bonne et que j'allais y mettre le paquet..
Le problème est que je fais un blocage...
J'aime l'héroïne mais elle m'empêche d'arriver a mes fins... En fait je veux toujours mourir lentement en me vidant de mon sang.. Voir les erreurs que j'ai pu faire et appeler ma mère pour lui dire au revoir une dernière fois.. Sauf que je tiens absolument a le faire avec un dernier Fix..
Et ce dernier a l'effet de me rendre heureux dans l'instant présent.. Ce qui fait que je n'arrive même pas a appuyer la lame sur mes veines... Je ne sais pas quoi faire je tourne en rond et je deviens un peu fou... A toujours repousser l'exutoire.

Si une petite idée ou même une solution vous vient a l'esprit aidez moi...

Fil précédent Fil suivant

3 réponses


Profil supprimé - 20/11/2014 à 11h48

Bonjour William,

Nous comprenons tout à fait, à Drogues info service, la souffrance qui s'attache à la dépression et à l'envie "d'en finir". Nous respectons cela et nous vous proposons de venir en parler soit sur notre ligne téléphonique au 0 800 23 13 13 (01 70 23 13 13 depuis un portable) ou sur une ligne spécialisée comme {{SOS Suicide Phénix}} : 01 40 44 46 45 (12h-24h) ou {{Suicide Écoute}} : 01 45 39 40 00 (24h/24).

Le schéma que vous décrivez est celui d'allers-retours entre votre domicile et l'hôpital au gré de vos tentatives de suicide. Bien évidemment nous supposons que vous avez été mis en contact avec plus d'un psychiatre au gré de ces hospitalisation. Nous comprenons aussi, si vous souffrez d'une grande dépression, que vous n'ayez pas forcément envie ou l'énergie de vous inscrire dans un suivi psy. Néanmoins qu'en est-il de ce côté-là ? Prenez-vous un traitement ? Avez-vous un suivi psy régulier et intense pour pouvoir parler ? Quelles sont vos aides ?

Il nous apparaît en tout cas que vous avez toujours un fort instinct de survie qui signifie que très probablement, même si votre tête semble dire le contraire, vous n'avez pas envie de mourir. La dépression est une maladie grave, qui fait avoir des idées suicidaires sans que cela corresponde réellement au désir de la personne. C'est une maladie qui se soigne et un service tel que le nôtre, tout en entendant votre souffrance, ne peut que vous encourager à vous faire aider pour essayer d'en sortir. Peut-être avez-vous encore à rencontrer la "bonne" personne, mais en tout cas l'aide existe !

Nous vous prévenons en tout cas que nous ne validerons pas de messages vous donnant des "trucs" pour vous permettre de passer à l'acte et vous suicider.

Dans ce désir que vous exprimez ce n'est pas vous qui parlez, c'est la maladie. Faisons quelques pas ensemble pour la combattre ! Appelez l'une des lignes téléphoniques que nous vous donnons plus haut.

Cordialement,

le modérateur.

Profil supprimé - 22/11/2014 à 19h08

Merci.
Oui j'ai eu des suivis psychologiques et psychiatriques. J'ai arrêter le psychologue car cela me faisait plus de mal que de bien. A l'hôpital les infirmiers s'acharnaient plus a me dire qu'il y a des gens normaux qui prennent de l'héroïne même au travail, alors que ce n'est pas du tout le cas pour moi.. Je n'ai pas de dépendance je me retrouvais juste avec des veines coupées et on ne m'a presque pas parlé de mes problèmes...
Les traitements j'en ai eu aussi et là ça n'a fait qu'empirer la situation..
Je ne voulais pas d'aide pour en finir.. Mais de l'aide pour trouver une solution..
Un centre ou je ne sais pas..

Profil supprimé - 24/11/2014 à 16h52

Bonjour,

Si vous cherchez un "centre" peut-être pouvez-vous soit utiliser notre rubrique "[S'orienter->http://www.drogues-info-service.fr/?-Adresses-utiles-]" ou mieux nous appeler pour préciser votre demande et que nous explorions les possibilités avec vous ? Les Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (Csapa) peuvent vous aider à mettre fin ou à réguler votre usage d'héroïne. Ils offrent aussi un soutien psy. Peut-être cela accrochera-t-il cette fois ?

Si la thérapie par la parole ne vous convient pas peut-être pouvez-vous essayer des alternatives ? Traitements du stress posttraumatique, relaxation, "médecines" alternatives comme l'hypnose, l’acupuncture ou autres ? Si ces "techniques" ne sont pas la panacée il s'agit d'essayer au moins de se poser la question de ce que vous pouvez et avez envie de trouver comme "solutions". Une "solution" n'est pas forcément une solution immédiate à tous vos problèmes mais déjà quelque chose qui améliore votre qualité de vie et vous aide à vous sentir moins déprimé et/ou mal dans votre peau.

En espérant que vous trouviez des pistes intéressantes !

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour