Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage PDF Imprimer EnvoiMail

ment-il ou pas? besoin d'aide!!!

Par kaorie

Voilà, ça fait 9mois que je suis avec mon copain, on habitait loin l'un de l'autre. Dès notre rencontre il m'a parlé qu'il était sous traitement méthadone, je connaissais car un ami que j'avais rencontré quelque année auparavant était aussi sous ce traitement dont il sait sortie d'ailleurs. À aucun moment je ne l'ai mal juger au contraire. Au bout de quelque temps il fallait prendre une décision sur qui rejoignait l'autre, et par rapport à mon passé j'ai décidé de le rejoindre, mais pour éviter de lui faire des reproches par la suite j'ai bien peser le pour et le contre, si j'ai déménagé c'est car moi je le désirait. Il ya un mois je suis tombé sur une carte et un papier rouler puis un cutter, je lui ai imposé une discussion direct, au début il nier puis je lui ais dit qu'il arrête de me prendre pour une con, et il avoue, il me dit que ça fait pas longtemps, qu'il arrête direct, il se sent mal vis-à -vis de moi et je lui dit que je ne lui en veut pas d'avoir consommer mais de ne pas m'en avoir parlé que la prochaine fois si ca arrive qu'il me le disent.Bref 2semaine passe et moi psychologiquement je perd pied, on en parle mais vite fait et il dit ne rien prendre et arrive le week-end, je me rend compte qu'il n'est pas toujours pareil, c'est plus fort que moi je fouine et je tombe sur la même chose mais avec le petit cailloux, je reste calme (même si à l'intérieur je boue) je viens à en parler avec lui et là il s'énerve assez fort en niant. Je lui dit où j'ai trouvé, et il nie, il me ramène son bordel en me demandant où j'ai vue quelque chose, j'ouvre la bonne poche et je lui demande si j'ai une allu. Là il est sur le cul, il me prend la tête car je fouille, et je lui rétorque que si il ne se foutai pas de moi ça se verrait et que je n'aurais pas fouiller, on se calme et on discute, je reviens à lui dire et lui expliquer qu'il doit m'en parler que je me doute que ce n'est pas évident et qu'apparemment ce produit est gravement violent niveau addiction,bref ce que je ne veut pas c'est qu'il me ment. On parle aussi de son médecin au centre à qui il doit en parler la semaine prochaine car il n'a rien dit... La semaine dernière j'ai remarqué qu'il à encore consommer, quelque temps auparavant j'avais mis un carnet pour qu'on s'écrive car certaines choses ne sont pas toujours évidente à dire, bref je lui écrit que je sais qu'il se fout encore de moi et que j'en peux plus, il ne la pas lu car le soir je lui ai demandé si il avait consommé il m'a avoué que oui. La il me dit que depuis 1semaine il a rien pris sauf que , bien renseigné sur le sujet, je regarde régulièrement ses mouchoir et il sont tous tacher de couleur genre fond de teint. Il me raconte que du fait d'avoir snifer pdt longtemps son nez coule régulièrement et que ça va mettre du temps à se refaire. Il ne sait pas que je regarde ses mouchoir, et puis tous les jours il retire 30, 40€, je pense qu'il continue, et dans le fond je me dit que si il ne m'en parle pas c'est qu'il ne veut pas arrêter car je lui ai bien dit que si il m'en parle je peux peut-être essayer de l'aider et réfléchir à comment faire pour l'aider, alors que si il me le cache je peux rien faire et en plus je pense que au bout d'un moment je risque de partir, pas à cause de son problème, mais du mensonge,bref j'ai l'impression qu'il na toujours pas compris et qu'en faite il n'a pas envie d'arrêter, je ne sais plus quoi faire....

Fil suivant

7 réponses


kaorie - 04/04/2017 à 05h29

Et voilà, toujours pareil, encore mensonge sur mensonge....... J'en ai marre, je baisse les bras..... Je m'en sent plus la force de continuer dans se sens....... Si seulement il me disais la vérité, si seulement il accepter mon aide on pourrait avancé.... Faut croire qu'il ne veux pas.... Ainsi va la vie....

Moderateur - 04/04/2017 à 10h35

Bonjour Kaorie,

Vous êtes confrontée aux mensonges de votre compagnon et cela vous rend dingue. Qui ne le serait pas en effet ? Surtout que vous lui avez bien expliqué que vous ne le jugiez pas et que vous préfériez qu'il vous en parle. C'est plutôt la bonne attitude.

Sauf que... sauf qu'il est pris dans une envie forte d'en prendre, sans doute provoquée par son addiction et par un environnement favorable (des "copains", des lieux, des moments...) et que cela crée une distorsion entre ce qu'il peut dire et ce qu'il peut faire. Ce n'est pas forcément qu'il est "mauvais" ou qu'il veuille vous tromper délibérément. C'est tout simplement plus fort que lui.

Sauf que... sauf que si vous voulez bien qu'il vous en parle c'est dans une perspective qu'il arrête à moyen terme. C'est une revendication tout à fait légitime et nécessaire de votre part. C'est indispensable pour votre vie de couple et votre avenir commun en effet. Cependant il n'en n'est pas là dans son cheminement. Peut-être que la perspective de devoir tout dire et être transparent le met en panique parce qu'il n'assume pas complètement ce qu'il fait. Il doit probablement ressentir pas mal de culpabilité vis-à-vis de vous et il se retrouve alors coincé entre l'envie de ne pas vous décevoir et ce qu'il fait réellement. Même si vous en appelez à son honnêteté, de son côté ce qu'il voit c'est qu'il n'y arrive pas et qu'il va vous décevoir.

C'est donc un moment difficile pour vous et vous vous mettez en colère à cause de ses mensonges. Vous avez cependant plusieurs atouts de votre côté qui, mieux exploités, pourront sans doute faire bouger les choses. Tout d'abord vous dialoguez et vous êtes dans le désir de l'accompagner pour qu'il mûrisse ce qu'il fait et finisse par s'en sortir. Si faire sentir trop fortement à votre compagnon qu'il faut qu'il arrête peut le faire reculer, néanmoins maintenir le dialogue tout en acceptant qu'il ne soit pas totalement transparent sur tout ce qu'il fait peut le mettre en confiance. Concentrez-vous peut-être plus sur la qualité de votre relation, ce qui s'y passe en dehors de la drogue pour qu'il se sente porté et s'ouvre à vous plus volontiers. De plus, évitez si possible les fouilles. C'est tentant c'est vrai mais cela ne fait que le mettre en porte-à-faux, à souligner l'écart entre ce qu'il dit et ce qu'il fait. Imaginez-vous dans cette situation, quelqu'un qui, en fouillant dans vos affaires, découvre vos petits secrets. Votre première réaction ne sera sans doute pas "d'avouer" mais bien de vous défendre et de mentir, furieuse qu'on vous ait ainsi "découverte" à votre insu. C'est très humain.

Un autre atout que vous avez est qu'il est suivi par un médecin addictologue dans un centre de soins. Vous aussi vous pouvez vous adresser à ce centre en tant que proche. Non pour "dénoncer" ce qu'il fait mais bien pour vous, pour être soutenue et conseillée dans ce que vous pouvez faire pour trouver un équilibre satisfaisant dans cette situation. Car il y a sans doute des choses à faire auxquelles vous n'avez pas pensé. Les professionnels qui vous recevront pourront aussi vous aider à adopter des attitudes qui favoriseront encore mieux le changement chez lui. Enfin vous serez impliquée finalement dans son processus de soins et c'est un facteur important de réussite sur le long terme.

Kaorie il y a des hauts et des bas. Aujourd'hui est un "bas" pour vous cependant prenez confiance en vous et dans l'avenir de votre relation tout en cherchant les moyens aussi de vous préserver. N'hésitez pas à demander de l'aide au centre de soins et reposez-vous aussi sur vos proches si c'est possible.

Cordialement,

le modérateur.

kaorie - 05/04/2017 à 09h47

Merci pour votre réponse, ça m'a permis de prendre un peu de recule par rapport à la situation quand j'ai écrit hier, j'avais décidé de mettre fin à notre relation, au lieu de ça je lui ai demandé qu'on se retrouve pour discuter de ce qui venait de ce passer, et aussi m'excuser de fouiner,malgré ça, il m'a encore menti mais bon, comme vous me l'avais écrit, il n'est peut-être pas prêt à m'avouer la réalité de la situation ou se l'avouer à lui-même,mais je ne me suis pas énervé sur lui.
Vous me parlait à un moment d'aller au centre,ce que je vais faire, et de trouver les moyens de me préserver tout en continuant notre relation. C'est là toute la complexité pour moi. J'ai été en couple avec une personne des plus malsaine que l'ont puisse trouver. Heureusement pour moi j'ai ouvert les yeux sur cette personne, mais cela à pris du temps, du temps pour être sûr que je ne me tromper pas sur lui, du temps pour le quitter, du temps pour ce reconstruire, et je doit avouer qu'il avait fait pas mal de dégâts, mais avec du recule je sais que je suis en partie responsable de ce qui c'est passé, j'ai laissé faire, j'ai accepté des choses que je ne voulais pas, j'ai baissé les bras sur d'autres choses (notamment l'alcool..)puis par moment l'espoir que les choses changent, s'arrange, revenais!! Et un jours j'ai dit stop,repris confiance en moi, et je suis parti. J'ai beaucoup travaillé sur moi pour reprendre confiance en moi, et savoir ce que je voulais et ne voulais plus. Et me voila dans cette histoire... J'y trouve des similitude avec moi dans sa démarche (car en quelque sorte j'ai été dépendante affectivement parlant) mais aussi dans l'histoire qu'on vit (même si je sais qu'il n'est pas mal sain comme l'autre avec qui j'ai été) je ne sais pas quoi faire, j'ai peur d'accepter des choses et de m'en mordre les doigts, de faire encore des erreurs qui petit à petit risquerais de me détruire.je ne peut pas me le permettre, pour moi et pour ma famille qui m'a déjà vu au plus mal, ce qui fait qu'il est impossible de leur en parler. Je sais qu'il doit faire un travail sur lui que lui seul peut faire, que je suis à ses côtés en tant que soutien, et que temps qu'il n'en prend pas conscience entièrement ça risque de stagner voir reculer. C'est comme si il savait mais que ce pas là était tellement compliqué, dur, et je comprend tellement pour l'avoir vécu, enfin je pense que c'est à peu près la même chose.
Et voilà que je viens de lever la tête et voir son boitier de cd avec cette pu@%&# de poudre. ouais, c'est dur, être compréhensive je veux bien, mais c'est où que j'doit mettre des limites.

Moderateur - 05/04/2017 à 10h56

Bonjour kaorie,

Votre réponse est tout à fait éclairante sur ce qui vous préoccupe et vous posez la question essentielle "où dois-je mettre les limites ?". C'est difficile d'y répondre et vous êtes la seule à pouvoir le faire. Mais c'est précisément avec l'aide d'un tiers professionnel que vous arriverez à clarifier pour vous où sont ces limites dans le cadre de cette relation. Il me semble que ce conseil d'en consulter un pour avoir votre espace à vous est encore plus important après vous avoir lu votre réponse. Vous avez raison de vouloir essayer d'aller dans un centre. En tout cas avoir vos propres limites est tout à fait essentiel et légitime aussi. D'ailleurs c'est parfois en clarifiant ses propres limites qu'on aide l'autre à se ressaisir car lui-même est en relation avec vous et ne veut sans doute pas vous perdre. Vos limites peuvent l'aider à se positionner et à avancer.

Nous restons aussi à votre écoute si besoin est. Ici dans les forums ou au téléphone sur notre ligne Drogues info service (0 800 23 13 13 tous les jours de 8h à 2h).

Cordialement,

le modérateur.

kaorie - 06/04/2017 à 05h48

Bonjour,

Voilà une simple réponse pour vous remercier de votre écoute, de votre compréhension, des réponses que vous m'avez apporter. Ça m'a permis de voir d'autre perspective, de mieux comprendre notre situation et d'entreprendre les démarches nécessaires. Encore merci...

Magdala - 19/05/2017 à 23h30

Salut Kaorie,

Je suis quasiment dans le meme cas que toi. Tu vis dans quelle région ?

Magdala - 20/05/2017 à 01h24

Kaorie,

Je suis troublée par ton histoire. Je vis la meme chose avec mon copain qui est sous méthadone. Nous vivons une relation à distance et je l ai aussi rencontré l'été dernier. Il était barman. A l heure actuelle il fait une formation pour changer de la restauration.
Des notre rencontre, il m a dit qu il était sous méthadone.
Hélas la franchise du début ne s est pas poursuivie.
Il consomme régulièrement du cannabis ou du shit , boit de temps en temps , prends des somnifères + anxiolytiques.
Il me ment sur ses consommations de shit/cannabis et ses prises de médicaments en plus de la méthadone.
Je pense qu il reprend de l'héroine car il a beaucoup baissé la méthadone.

Plusieurs fois il était défoncé, mouvement ralenti ou incohérent, difficulté à parler, il se grattait tout le temps, s endormait assis. Quand je lui demandais ce qu il avait pris, il me répondait pas , me disait qu il était fatigué. Ensuite il me dit que c est a cause d un somnifère. Je suis perdue. Notamment je l ai accompagné plusieurs fois au CSAPA et la dernière fois il redoutait de faire une analyse d urine, il m a demandé de rentrer chez moi. Je suis restée malgré tout. Et pour finir le médecin ne lui a pas fait faire de test urinaire.
Quand je lui ai demandé si sa peur venait du fait qu il ait consommé de l héroine, il l a tres mal pris et m en a voulu.

Il m a déjà menti plusieurs fois. Jai l intuition qu il a repris de l heroine c est horrible. La communication ne fonctionne pas.

Répondre au fil Retour