Par téléphone

Drogues Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Drogues Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

PDF Imprimer EnvoiMail

Que sait-on des drogues collectées par SINTES en 2016 ?

Par Drogues info service Voir les commentaires

Le réseau SINTES (Système d'identification national des toxiques et substances) collecte les produits psychoactifs apportés par des usagers et les analyse. Le plus souvent, les personnes apportent  un échantillon de produit suite à l’apparition d’effets indésirables bénins.

Ce dispositif, porté par l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) vise essentiellement à renseigner sur la composition des produits illicites ou non réglementés en circulation et donc à repérer les nouvelles drogues (c’est le volet « veille »). Il permet en outre de documenter le contexte de consommation, les habitudes des usagers (volet « observation »).

En 2016 SINTES a analysé 400 échantillons de produits. 72% de ceux-ci contenaient le produit que l’usager pensait avoir acheté. Dans 4% des cas la substance recherchée était associée à une autre. Dans 16% il s’agissait d’une autre substance et enfin dans 8% des cas, le produit ne contenait aucune trace de substance psychoactive.

Les produits classiques sont les plus collectés

En 2016, les produits le plus souvent collectés sont : l’héroïne, le cannabis et la MDMA (cristal ou comprimé). Ce sont donc ces produits « classiques » qui ont entraîné le plus d’effets indésirables ou inattendus. Ce sont aussi les produits les plus consommés parmi les usagers qui se tournent vers SINTES.

Moins de  nouveaux produits en 2016

Au cours de l’année 2016, SINTES a repéré 36 nouvelles molécules. Ce chiffre est en baisse depuis 2 ans après une période de forte hausse (2010-2014). La famille de produit la plus représentée est celle des cathinones (17 nouvelles molécules) devant les cannabinoïdes de synthèse (7 nouvelles molécules)

La MDMA en tête des tromperies

Parfois l’usager est trompé sur le produit qu’il achète. Soit le produit ne contient aucune substance psychoactive, soit il contient une autre substance que celle qu’il souhaite consommer.

C’est la MDMA qui, comme en 2015, a le plus souvent fait l’objet de tromperies dans sa forme poudre ou comprimé. Viennent ensuite la cocaïne, la kétamine, et l’héroïne.

Pour avoir recours à SINTES, prendre contact avec un centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques liés à l’usage de drogue (CAARUD)

Retrouvez ces données dans le point SINTES publié par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Retrouvez également l’animation de l’OFDT sur les nouveaux produits de synthèse identifiés depuis 2000. 

Réagir